Tous les articles

Soumaya Naâmane Guessous

8 partages

Selon le code de la famille, la garde des enfants revient d'abord à la mère, puis au père et enfin à la grand-mère maternelle. Quand le couple a des enfants, le divorce est un déchirement provoquant des dégâts. Très peu de pères désirent en avoir la garde et souvent, ils les abandonnent à leur mère.

21 mars 2016

Il est rare qu’une mère laisse ses enfants au père, sinon elle“ est diabolisée : « Willi ! Elle n’a pas de cœur ! » Les jugements sont cruels et sans tolérance pour les motivations de la mère. Pourtant, il arrive qu'une mère abandonne ses enfants pour s’en débarrasser. Il s’agit rarement d’un choix. Aziza : « Mon mari était violent. Je me suis enfuie chez mes parents. Mon père m’a dit : « Tu es partie seule, tu reviendras seule. Je ne nourrirais pas les enfants d’un étranger ! » Je suis restée chez mes parents, en abandonnant mes 4 enfants ! Je ne les ai pas revus pendant 6 ans ! » La séparation est douloureuse, mais l’intérêt des enfants prime.

La charge financière pousse souvent des femmes à se résigner à faire un douloureux choix. Marwa, 42 ans, cadre supérieur :

« Divorcée à 29 ans, je n’avais pas de moyens pour loger et scolariser mes trois enfants. La maison appartient à mon mari. Je vis chez mes parents. Le juge a fixé la pension alimentaire à 3 000 DH, une somme inférieure aux frais de scolarité ! J’ai laissé mes enfants à leur père pour assurer leur stabilité financière. » Le travail de la mère constitue également un obstacle. Yasmine, 35 ans, ingénieur : « Avec mon travail, impossible de m’occuper seule des enfants. Je ne peux payer une femme de ménage pour s’en occuper après l’école. Je ne peux quitter mon travail.C’est mon seul moyen de subsistance.J’ai dû les laisser à leur père qui est plus aisé. J’en souffre terriblement, mais ils vivent mieux avec leur père. » Il y a aussi le cas des mères poussées par le désir de vengeance. Myriam, 39 ans : « Mon ex-mari est alcoolique. Ma belle-famille, riche, ne me soutenait pas. Je suis partie en lui laissant mes trois enfants. J’ai bataillé 4 ans pour les revoir. » Parfois, de guère lasse pour obtenir la pension alimentaire, la mère s’en décharge : « Je mendiais pour nourrir mes enfants. Je n’ai pas d’argent pour porter plainte. Je lui ai jeté ses enfants. » Parfois, la mère agit par rancœur : « J’ai travaillé dur. Quand mon mari a eu un peu d’aisance financière, il s’est mis à me tromper et à me maltraiter. Il a divorcé pour épouser sa maîtresse. J’ai refusé la garde des enfants pour lui gâcher son bonheur et celui de sa femme. La loi donne aux mères la garde et jamais la tutelle. Le père est tuteur, qu’il assume. »

Une mère peut aussi favoriser son bien-être. Lamia, 25 ans : « J’ai divorcé à 23 ans. Ma mère m’a poussée à laisser mon fils à son père pour que je refasse ma vie. Difficile pour une femme de refaire sa vie avec un enfant à charge !» Elle peut aussi vouloir saisir une opportunité : « Je voulais vivre au Canada. Mon mari a refusé de m’accorder l’autorisation pour emmener ma fille. Je la lui ai laissé. A 15 ans, elle choisira de vivre avec moi. »

Le père peut être attaché à son enfant et vouloir le garder. Hasna, 27 ans : « Mon mari pleurait quand il voyait son fils. Je le lui ai cédé. C’est un bon père. Nous avons une bonne relation tous les trois. » Ou lorsqu’il est convaincu que la mère est irresponsable : « Ma femme ne n’est jamais occupé de notre fille. C’est normal que je la prenne. »

QUAND LA MÈRE EST DÉPOSSÉDÉE  DE LA GARDE DE SES ENFANTS

Dans la majorité des cas, la mère subit cette situation. Les mères pauvres et surtout rurales sont les plus touchées. Beaucoup d’épouses rurales fuient une vie conjugale pénible. Récupérer les enfants est quasi impossible. La belle-famille les garde pour punir la rebelle. Elles ne peuvent se défendre : éloignement des tribunaux, manque de moyens pour les déplacements et pour s’offrir les services d’un avocat, méconnaissance des procédures... Si l’épouse demande le divorce, le mari peut lui pourrir la vie en la privant des enfants. La mère perd la garde si le mari prouve son incapacité. Myriam, 36 ans : « Après le décès de ma mère, j’ai déprimé. J’étais sous traitement pendant 6 mois. Mon mari s’est présenté chez le juge pour divorcer, muni d’un dossier comportant les photocopies des certificats médicaux et de vidéos de moi, prises à mon insu, quand j’étais malade. Il a obtenu la garde, malgré tous mes efforts pour l’annuler. » Si le mari prouve que la mère est de mœurs légères, il obtient également la garde. Parfois, le père fait pression sur la mère en la privant de  sa pension. Elle peut se désister de la garde pour se venger ou parce qu’elle n’a pas les moyens pour porter plainte. Le droit de la mère de recevoir ses enfants lors des weekends et vacances n’est pas toujours respecté par le père. Atika, 26 ans, trois enfants : « Mariée à 15 ans à la campagne, j’ai été violentée par mon mari et sa famille. Cela fait 5 ans que j’ai fui. Mon mari m’empêche de voir mes enfants. » « Ma belle-famille monte les enfants contre moi. Ils refusent de me voir. Je les vois à la porte de l’école. » Parfois les parents se partagent les enfants : « J’ai pris la fille et lui, le garçon car je n’ai pas les moyens pour subvenir aux besoins des deux. Je le regrette. Mes enfants ont une éducation différente et ils ne se connaissent pas assez. » L’enfant gardé par le père est souvent confié à sa grand-mère paternelle. Amina, 29 ans : « J’ai divorcé à 21 ans en lui laissant mon fils. Il l’a donné à sa mère, vieille, analphabète, qui l’éduque mal. Je me bats pour le récupérer, sans succès. » Une grande injustice : si la mère se remarie, le père peut lui retirer la garde si l’enfant a plus de 7 ans. L’enfant n’a la possibilité de choisir qu’à 15 ans. La loi considère que la mère, remariée, ne peut se consacrer aux enfants du premier mariage ! Mais si le père est remarié, cela n’a aucune répercussion sur l’enfant ! Pourtant, une mère ne fait pas de distinction entre ses enfants. Mais si le père veut faire vivre ses enfants avec une seconde femme, elle ne peut les aimer comme leur mère et fera toujours une différence entre ses propres enfants et eux. Yousra, 28 ans : « Divorcée à 24 ans, j’ai la garde de mes deux fils. Je dois me remarier mais mon ex-mari me menace. Remarié, ayant un autre enfant, il veut me priver du bonheur. La belle-mère va- t-elle aimer mes enfants comme moi ? » Souvent, la menace n’est qu’un moyen de gâcher la vie de l’ex-épouse, le père n’ayant aucune envie de prendre les enfants. La loi attribue au père ce pouvoir ! La mère remariée peut garder son enfant si elle prouve que la séparation cause un préjudice à l’enfant : expertise médicale, avocat, tribunaux, audiences, aller-retour... Mission impossible et coûteuse.

Que de jeunes femmes divorcées sacrifient leur bonheur  conjugal pour leurs enfants ! Sinon, elles rusent. Le père a un délai d’un an après le mariage de son ex-épouse pour réclamer la garde des enfants. De nombreuses femmes se remarient en secret et ne l’annoncent qu’un an après. Le mariage de la mère ayant la garde dispense le père des frais de logement de l’enfant et de la rémunération au titre de sa garde, mais il doit continuer à verser la pension alimentaire due à l’enfant. Enfin, si la mère est condamnée pour adultère, le père est en droit de garder les enfants. Un enfant est conçu par le père et la mère. Un divorce est toujours une déchirure pour les trois parties. Quand l’un des parents utilise l’enfant comme otage, il le met en danger et affecte son équilibre psychoaffectif. Les enfants ont également besoin de vivre dans un cadre où la paix et l’harmonie règnent entre leurs parents. Lorsque les parents favorisent le dialogue à la violence, ils arrivent à trouver des solutions pour atténuer les dégâts du divorce, à se protéger mutuellement tout en protégeant leurs enfants.

Commentaires

Derniers articles blogs

Soumaya Naâmane Guessous

L’INFIDÉLITÉ SONNE-T-ELLE ...

Lire l'article
Aïcha Zaïmi Sakhri

LE CULTE DU BIEN-ÊTRE?

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

QUAND LES FEMMES SE METTENT À LA DRAGUE

Lire l'article
Aïcha Zaïmi Sakhri

CES INÉGALITÉS QUI NOUS POURRISSENT ...

Lire l'article
Le Chat Rouge

LA CHOCOLATERIE DE MADAME CHAPARDA

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

PLUS FACILE DE TROUVER L'AMOUR QUE ...

Lire l'article
Tous les articles

Nouvel article !

title Post

  • Fatima benabdellah
  • >Mode
  • 04 Dec
 

LA CHOCOLATERIE DE MADAME CHAPARDA

  • auteur Le Chat Rouge
  • Le chat rouge
  • 03 jeu
 

CES INÉGALITÉS QUI NOUS POURRISSENT LA VIE

  • auteur Aïcha Zaïmi Sakhri
  • L'édito d'Aïcha
  • 11 lun