Tous les articles

Soumaya Naâmane Guessous

7 partages

La relation amoureuse se construit à deux. Tu m’appartiens, je t’appartiens… Et même si le pacte de fidélité reste sacré, avec le temps, Le corps, exclusivité du conjoint, en vient parfois à rompre le pacte. Le couple, fragilisé, vacille inévitablement.

27 mai 2016

Dans notre société, ce sont surtout les époux qui sont adultères. En même temps, les répercussions de tels actes sur les hommes ne sont pas dramatiques puisqu’ils bénéficient de l’indulgence de la société mais aussi de la justice, qui leur accordent des circonstances atténuantes. «Le pauvre homme, sa femme ne le satisfait pas. Que voulez-vous, qu’il devienne une femme ?», a lancé un avocat dont on taira le nom lors d’une plaidoirie courante. C’est un fait : le mari a toujours une peine inférieure à celle de l’épouse, taxée de prostituée et de mécréante par les juges.

Adultère : quand les masques tombent

Le destin crée l’occasion fatidique. «En passant devant son bureau, je l’ai vu avec une autre. Je l’ai suivi et j’ai découvert son appartement», nous raconte une Sonia encore bouleversée. Les femmes évoquent la nia, leur bonne foi, ou Dieu qui punit ainsi le traître. Par hasard, une femme sympathise avec une autre au hammam et découvre qu’elles partagent le même homme. «Avec les hommes, il faut être vigilante. En fouillant ses poches, j’ai trouvé une quittance de loyer à son nom. À l’adresse indiquée, j’ai découvert épouse et enfant», prévient Soumia. La voiture recèle, elle aussi, de nombreux secrets : «Je la fouille toujours. J’y ai même trouvé la facture d’une boîte de nuit alors qu’il était censé être en voyage d’affaires», ajoute-t-elle. Car ce sont les mensonges qui éveillent les soupçons. «Il mentait. J’ai joué au détective. Ses réunions d’affaires se tenaient dans un appartement loué avec ses amis !» Attention aussi aux changements soudains de comportement : «Il exigeait des pratiques nouvelles au lit. Un soir, il m’a demandé où étaient les préservatifs alors qu’on n’en a jamais utilisé ! Il avait une maîtresse.» Attention messieurs, l’instinct féminin est puissant ! Le téléphone ? Un traître ! Facebook, WhatsApp, Tango… ? Des ennemis jurés qui ont fait tomber plus d’un masque ! «Dans son téléphone, j’ai trouvé des vidéos pornographiques tournées avec sa maîtresse, nous avoue une Alia médusée. Et je ne vous parle pas des messages !»
Le conjoint trahi est toujours le dernier informé, l’entourage préférant se taire pour éviter de briser le couple. Du moins… quand il s’agit de la femme ! Si c’est l’époux, l’information circule à la vitesse grand V, parfois même par lettre anonyme. Le comble, c’est que si les hommes de l’entourage s’autoproclament garant de l’honneur du mari, les femmes ne sont pas en reste. Les amis aussi se sentent touchés par un des leurs qui serait amené à être trompé. «Si l’honneur d’un homme de mon entourage était en jeu, je l’en informerais pour lui éviter l’humiliation», témoigne Fahd. La femme porte ainsi le sceau de l’infidélité toute sa vie, seule.

Continuer à aller de l’avant lorsque la confiance est brisée

Le discours religieux est discriminateur vis-à-vis du pardon. Un fqih, à la radio, répond à un homme perplexe face à l’adultère de son épouse : «Il faut la répudier mais avant, réunis ta famille, la sienne et vos amis et fais-lui la chouha.» Et le mari de répondre : «Mais moi aussi je la trompe…» «C’est haram, mais si tu as une forte vigueur, Dieu te pardonne. Répudie-la et interdis-lui de voir ta descendance. Une femme adultère ne peut éduquer ses enfants. Si tu lui pardonnes, elle recommencera», répond alors le fqih. Affligeant !
Un autre de ses pairs a une femme se plaignant de l’infidélité de son époux : «Oukhti al mouslima (ma soeur musulmane). Peut-être que tu ne le satisfais pas. Trouve-lui une autre épouse. Dieu te récompensera car tu auras évité le péché à un musulman.» Que de paradoxes !

L’épouse, contrairement à l’époux, pardonne ; le plus souvent sur les conseils de son entourage «puisque tous les hommes sont volages». C’est à elle d’être sage. Elle essaie de panser ses plaies, étouffe son orgueil et reconstruit tant bien que mal la relation, laissant le temps faire son affaire. Certaines ont cette volonté, mais la rancoeur persiste, entraînant avec elle agressivité et incompréhension. La plaie reste béante, le fantôme de l’autre toujours présent. «Au lit, je ne suis plus la même. Il y a un corps de femme entre lui et moi», déplore Houria. Mais un nouveau départ ne peut se concevoir sans les efforts de l’époux adultère, qui se doit de prouver sa bonne foi. Et plus l’épouse se donne corps et âme à son couple, plus le pardon est difficile. «J’ai trimé 40 ans pour ma famille sans exister pour moi-même. Il m’a détruite. Pardonner ? Jamais !», s’insurge-t-elle.
Le mari, quant à lui, passe rarement l'éponge. Il doit prouver à son entourage qu’il est un homme, un vrai ! «Je travaillais beaucoup, je voyageais, sortais avec mes amis. J’ai négligé ma femme. Elle n’a pas résisté à la tentation. J’ai pardonné difficilement. Le plus dur était d’affronter ma famille et mes amis qui me condamnaient. Cinq ans plus tard, je ne regrette pas mon choix», assure Tarik. Une exception qui confirme la règle.

Quelles solutions, alors ?

Les plus pragmatiques tentent de comprendre le pourquoi du comment, font leur mea culpa, culpabilisent. Car au final, c'est le cumul des insatisfactions qui pousse le conjoint, privé d’attention, lésé dans sa sexualité, à devenir agressif et à chercher une compensation hors du foyer. Le dialogue sans passion, susceptible de pousser l’autre à rectifier le tir, n’est pas dans les habitudes. Beaucoup d’hommes justifient l’infidélité par la sagesse, prétextant éviter comme ils le peuvent le divorce en vue de protéger les enfants. Mais le pardon dépend surtout de la qualité de la relation du couple. Une aventure est toujours condamnable, mais si l’erreur est humaine, elle doit être considérée ainsi pour les deux parties, homme ou femme. La meilleure solution restant évidemment le dialogue.

Commentaires

Derniers articles blogs

Aïcha Zaïmi Sakhri

LE CULTE DU BIEN-ÊTRE?

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

QUAND LES FEMMES SE METTENT À LA DRAGUE

Lire l'article
Aïcha Zaïmi Sakhri

CES INÉGALITÉS QUI NOUS POURRISSENT ...

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

CES PÈRES QUI OBTIENNENT LA GARDE ...

Lire l'article
Le Chat Rouge

LA CHOCOLATERIE DE MADAME CHAPARDA

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

PLUS FACILE DE TROUVER L'AMOUR QUE ...

Lire l'article
Tous les articles

Nouvel article !

title Post

  • Fatima benabdellah
  • >Mode
  • 04 Dec
 

LE CULTE DU BIEN-ÊTRE?

  • auteur Aïcha Zaïmi Sakhri
  • L'édito d'Aïcha
  • 13 ven
 

  • auteur Soumaya Naâmane Guessous
  • L'œil de Soumaya
  • 27 ven