Tous les articles

Soumaya Naâmane Guessous

7 partages

Qui n'a jamais rêvé de rencontrer l'amour, d'être attiré par un regard envoûtant qui vous aspire dans un tourbillon de plaisir, de délire ... Et qui vous projette dans un ciel scintillant d'étoiles.

26 février 2016

Lorsque vous êtes amoureuse, une multitude d’hormones s’active en vous, entraînant des effets semblables à ceux causés par certaines drogues : bien-être, confort, joie, excitation, euphorie. L’appétit se réduit, l’hyperactivité et l’hyperdynamisme se déclenchent. Ibn Hazm, dans Le collier de la colombe, un hymne à l’amour du 10ème siècle,écrit : « L’amour est une fitna (chaos), une sédition, une guerre civile. Aimer, c’est choisir, contre tous les autres, un seul être qui se distingue par l’amour même qu’on lui porte. C’est donner un sens singulier aux gestes, aux signes, aux mots. » La proximité de l’être aimé devient une obsession. Les zones du cerveau associées au sens critique s’éteignent. On ne voit en l’être aimé que ce qui est beau et bon. L’amour rend aveugle, le mariage rend la vue ! Le contact établi, de douces paroles enivrent, les caresses foudroyantes promettent une extase éternelle. L’amoureux vous accapare, vous lui appartenez, il vous appartient, il vous hante... à jamais ! L’amour se conjugue au futur éternel. Les amoureux jurent des promesses de « toujours », de « jamais ». Le mariage, est la plus grande preuve d’un attachement passionnel à vie, d’une fidélité totale, d’une symbiose physique indestructible. Mais la magie n’est pas éternelle... Avec le temps, l’amour faiblit, s’épuise. Parfois jusqu’à la mort. L'atterrissage peut être brutal : un jour, subitement, on découvre des défauts insupportables. Le lien passionnel lâche. Ce qui unit dorénavant le couple, ce sont juste les contraintes d’une dure réalité : conflits, agressivité, tiraillements. Il est loin le temps des câlins, des tendres mots, des douces attentions.

LA PASSION AMOUREUSE, UN SOUFFLE À ENTRETENIR

Il n’y a pas de recette miracle, mais une volonté quotidienne et mutuelle, en restant en alerte et en contrôlant ses comportements et surtout ses mots. En veillant à ne pas infantiliser l’autre, à ne pas le harceler avec des remarques incessantes, à ne pas blesser sa dignité et à conserver le respect mutuel. Les paroles acerbes laissent des plaies profondes. Un proverbe marocain dit : « Mieux vaut un coup qui fait saigner qu’une parole venimeuse. » Les mots méchants détruisent l’amour et réveillent la bête qui sommeille en chacun de nous. Des mots doux, surtout en situation de contrariété, évitent les blessures. Le dialogue respectueux atténue les tensions et mène aux solutions. Une fois le conflit géré, la haine et la rancœur n’ont plus de raison d’être. La rancune détruit la personne et sa relation à l’autre. La langue, dit-on, mène à l’enfer ou au paradis. Les mots tendres adoucissent la relation. Le pire des conflits peut être traité avec les mots justes et sans agressivité. Cela consiste à proscrire de son langage le « jamais » et le « toujours » : « Tu es toujours comme ça ! » ; « Tu n’as jamais été capable de... » On nous dit que dans la langue, il n’y a pas d’os, donc pas de retenue dans le langage. Un mot, dit-on, est comme un crachat : quand il sort de la bouche, on ne peut plus l’y remettre. Demander pardon est louable mais souvent, le mal est déjà fait. Les « je t’aime », « mon amour », « mon chéri » consolident le lien. Les compliments rendent heureux et poussent l’autre à s’investir davantage dans la relation. Il faut valoriser et non mépriser, servir, accompagner, écouter, chouchouter... Aucun être humain n’est insensible à ces attentions. Et aussi user et abuser de gestes tendres : cadeaux, invitations, surprises. Le cadeau peut avoir une valeur symbolique : un bouquet de fleur, des chocolats, une sortie, une promenade, un dirham de cacahuète... C’est l’intention qui réjouit. Il faut encore lutter contre la routine, ennemie jurée de l’amour, innover, étonner l’autre. La séduction, non acquise à vie, est à renouveler au quotidien. Et trouver le bon équilibre entre vie privée et professionnelle, ne pas parler de travail dans le couple, se faire plaisir pour avoir assez d’énergie pour faire plaisir à l’autre. Enfin, il ne faut pas se sacrifier ni sacrifier son bien-être pour ses enfants et sa famille. La vie conjugale engage vis-à-vis des  enfants, mais le pilier du bonheur, c’est le couple. Par ailleurs, l’amour se vit physiquement. Le toucher stimule le désir. Les baisers et les caresses sont à consommer sans modération, pas seulement comme préludes sexuels. À longueur de journée, le toucher ravive la flamme de la passion et attise la sensualité. L’acte sexuel, ciment de l’amour, doit se vivre non pas comme un devoir, une obligation, mais dans le partage de la volupté extrême en innovant, étonnant et en se donnant totalement. L’érotisme agit mieux qu’un antidépresseur pour s’apaiser mutuellement et renforcer son bien-être.

DIALOGUER DE TOUT, Y COMPRIS DE SA SEXUALITÉ

Il est fondamental d'entretenir la complicité, rire ensemble, créer des moments en tête-à-tête. Et surtout d'être bienveillant, de reconnaître l’effort, le sacrifice. Nous ne disons pas assez ou pas du tout à l’être aimé combien il compte dans notre vie et combien nous sommes satisfaits de lui quand il le mérite. Souvenez-vous de la dernière fois que vous avez exprimé votre reconnaissance à votre épouse ou époux. Allez-y tout de suite, faites-lui un compliment et vous verrez l’effet des mots positifs sur son enthousiasme. Personne n’est infaillible, et être capable de demander pardon quand on est conscient de son erreur est une chance. Dialoguer est la meilleure technique pour garder une relation saine mais en évitant les jugements, les reproches et en étant empathique. Se dire : si c’était moi, comment aurais- je voulu qu’on me le dise. Dialoguer de tout, y compris de sa sexualité afin d’améliorer la satisfaction mutuelle. Éviter les intoxications qui émanent du rejet de la belle-famille : ta mère, ma mère, ta famille, ma famille. Vous êtes tombés amoureux d'une personne ayant une famille et vous ne pouvez l’en extraire. Composez avec la belle-famille et surtout ne prenez jamais partie dans un conflit entre votre famille et votre conjoint. Rassurez ce dernier par de tendres paroles : « Je t’aime, c’est toi qui compte, mais je ne peux pas me couper de ma mère. Supporte- la, s’il te plaît chéri, c’est ma mère... » Enfin, il est indispensable de faire des bilans de sa vie de couple, seul et à deux. Quand vous sentez un danger, parlez- en, en analysant, sans reproches, en cherchant ensemble des solutions. Il ne s’agit pas de désigner un coupable, mais de rectifier le tir. Car maintenir la passion d’un amour ardent est possible. Il s’agit avant tout d’être conscient de l’utilité de l’entretenir et de lutter contre un grand danger : l'orgueil (annafs), qui détruit toute relation. Aimer, c’est être généreux, dans le pardon et la tolérance. Aucun de nous n’est l’exemple ultime. Faisons de notre différence une richesse. Vive l’amour !

Commentaires

Derniers articles blogs

Soumaya Naâmane Guessous

L’INFIDÉLITÉ SONNE-T-ELLE ...

Lire l'article
Aïcha Zaïmi Sakhri

LE CULTE DU BIEN-ÊTRE?

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

QUAND LES FEMMES SE METTENT À LA DRAGUE

Lire l'article
Aïcha Zaïmi Sakhri

CES INÉGALITÉS QUI NOUS POURRISSENT ...

Lire l'article
Soumaya Naâmane Guessous

CES PÈRES QUI OBTIENNENT LA GARDE ...

Lire l'article
Le Chat Rouge

LA CHOCOLATERIE DE MADAME CHAPARDA

Lire l'article
Tous les articles

Nouvel article !

title Post

  • Fatima benabdellah
  • >Mode
  • 04 Dec
 

LOVE IS IN THE AIR ...

  • auteur Aïcha Zaïmi Sakhri
  • L'édito d'Aïcha
  • 09 mar
 

LA CHOCOLATERIE DE MADAME CHAPARDA

  • auteur Le Chat Rouge
  • Le chat rouge
  • 03 jeu