Tous les articles

AHMED GHAYAT, LE GRAND FRÈRE

27 mai 2016 à 16 h 22 min par Khadija Alaoui

5 partages

Né en France, Ahmed Ghayat a posé ses bagages à Casablanca en 2003 pour une année sabbatique. Il n’a plus quitté le Maroc depuis, son désir de contribuer à la construction d’un projet de société plus juste et moderne étant insatiable. plus de dix ans après, Son implication envers les jeunes continue d’être le moteur de sa vie.

Illi : Quelle est la place de la femme dans la société d’aujourd’hui ?

Ahmed Ghayat : Il reste beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir ne serait-ce qu’à l’égalité des droits. Bien sûr, il y a des avancées, des progrès, mais il existe encore tellement de résistances, de tabous, de mentalités étriquées… Des lois sont votées mais dans les faits, elles sont trop souvent contournées. Prenons seulement l’exemple du mariage des mineures ou celui des «petites bonnes»! Les progrès effectués sont avant tout l’oeuvre et le combat des femmes elles-mêmes, du Roi et de la société civile. Des organismes tels que le CNDH, la FLDDF (Fédération de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes), des associations comme Solidarité Féminine, l’INSAF, ou encore la presse, les magazines comme le vôtre et la société civile font un travail considérable. Je remarque d’ailleurs que les fruits de leur labeur commencent à être cueillis concrètement. Sur le terrain, des associations de jeunes, à l’instar de Lueur d’Espoir, Divers’Cité, HappyNass ou encore MarocK’Jeunes ne font aucune distinction : garçons et filles agissent sur un même pied d’égalité, qu’il s’agisse des tâches et des responsabilités qui leur sont confiées ou de leur engagement. Je suis un éternel optimiste et surtout, je suis partisan de l’action. Dénoncer, protester, vilipender reste stérile si l’on ne propose pas de solutions alternatives et si l’on n’agit pas !

Illi : Si on vous en donnait le pouvoir, que feriez-vous pour établir la parité hommes-femmes ?

Ahmed Ghayat : Si, dans un pays imaginaire, j’avais ce pouvoir, j’instaurerais la parité totale dans tous les conseils d’élus, à tous les niveaux : communal, régional… et au sein du gouvernement !

Illi : Quel est le reproche que vous pourriez adresser aux militantes qui défendent la cause des femmes ?

Ahmed Ghayat : Difficile d’adresser un reproche à des militant(e)s. C’est un rôle tellement difficile ! Et puis, je ne vais pas tomber dans le piège de ceux que j’appelle les «donneurs de leçons», ceux qui critiquent mais qui ne font rien.

Illi : Donc, avec beaucoup de respect, je leur dirais peut-être d’associer plus et mieux les hommes à leur combat. Quel est votre côté féminin ?

Ahmed Ghayat : Dans certains pays, cette question est tout à fait naturelle. Chez nous en revanche, comme dans toute société à caractère machiste, elle est sujette à ricanements et sous-entendus douteux. Il faut être à l’aise dans ses baskets pour reconnaître qu’en tout homme il y a forcément un côté féminin, et vice versa d’ailleurs. Si l’on considère que la tendresse est un trait de caractère féminin, alors je le revendique. Je n’éprouve aucune gêne à ressentir de l’émotion et à le dire ! Un geste, une action, une personne, une situation peuvent m’émouvoir facilement. Dans ce cas, pourquoi le cacher ? Les artistes éprouvent ces sentiments et les «optimisent» en les matérialisant. Moi, je ne retiens pas l’humanité qui est en moi. La tendresse et l’émotion sont la partie visible de l’iceberg.

Illi : Êtes-vous féministe ?

Ahmed Ghayat : Oui, Dieu merci ! Comment être militant pour l’égalité, pour plus de justice sociale, contre tous les racismes, contre l’exclusion sans être aussi féministe ?!

Ahmed Ghayat

 

Khadija Alaoui

Commentaires

Nouvel article !

title Post

  • Fatima benabdellah
  • >Mode
  • 04 Dec
 

DIR IDDIK : ENCORE PLUS DES VOLONTAIRES POUR EMBELLIR LES QUARTIERS

  • auteur illi
  • ACTU
  • 27 ven
 

LE BIEN-ÊTRE PAR LA PEAU

  • auteur Salma Zaid
  • Soin
  • 30 lun

Nouvel article !

Opta Team : Messi s'abonne, Neymar

  • auteur Fatima benabdellah
  • Mode
  • 04 Dec